loder
Je crée mon espace

Je renseigne mes informations personnelles pour créer mon Espace

Mot de passe oublié

Saisissez votre adresse email

Découvrez en intégralité le second numéro de la revue ... Le feuilleter

Projection-conférence






Daniel Mouton, docteur en archéologie, Laboratoire d’Archéologie Médiévale et Moderne en Méditerranée (Aix-Marseille université/CNRS) et Mariacristina Varano, maître de conférence en archéologie médiévale à l’université de Rouen

Braux, salle polyvalente
vendredi 9 août 2024

À la seconde moitié du Xe siècle, à l’initiative de lignages aristocratiques dont certains deviendront des familles illustres, la Provence voit proliférer des petits châteaux. Ces établissements élitaires étaient indissociables du territoire qui les entouraient, où les tenants exerçaient des droits sur les hommes et sur leurs productions.
Tandis que dans d’autres régions on érigeait des tertres artificiels (les mottes), les provençaux mettaient à profit des reliefs naturels, dans la majorité des cas un éperon au bord d’un plateau que l'on protégeait par un fossé du côté le plus facile d’accès. Dans tous les cas, le site est en position dominante au-dessus du territoire tant pour voir que pour être vu.
Pris sur place, les matériaux mis en œuvre étaient donc tributaires de la géologie locale : ainsi, ces châteaux précoces ont été construits tantôt en pierre, tantôt en bois ou en terre. Les vestiges encore apparents aujourd’hui sont donc très rares, seules les fouilles en révèlent l’organisation et les activités qu’ils abritaient. De caractère toujours défensif, ces édifices varient de la grande maison de bois couverte de chaume à la tour de terre ou de pierre ; ils ne duraient que quelques décennies avant d’être transformés ou abandonnés.

Daniel Mouton, docteur en archéologie, Laboratoire d’Archéologie Médiévale et Moderne en Méditerranée (Aix-Marseille université/CNRS) et Mariacristina Varano, maître de conférence en archéologie médiévale à l’université de Rouen